Inspirations

Entretien avec Anne-Cécile Worms, fondatrice de l'agence Art2M : de l’art numérique

Une étude de marché réalisée par AXA ART et intitulée Worldwide Collectors Survey a montré que 14 % des collectionneurs s'intéressent à l'art numérique. En octobre 2015, le fonds AXA Strategic Ventures a investi 500 000 euros dans Art2M (Art to Machine), une start-up qui met en relation des collectionneurs passionnés par l'art numérique avec des artistes qui créent des œuvres de ce type. La fondatrice de cette entreprise est Anne-Cécile Worms. Grâce à un réseau de 600 labs à travers le monde, Art2M défriche le terrain et identifie les artistes, designers et fabricants qui répondent à la demande. Anne-Cécile facilite l'accès à la fabrication d'œuvres d'art numérique par le biais de la plateforme makery.info. Elle offre également une vitrine aux artistes contemporains sur la plateforme commerciale artjaws.com. Les œuvres qui y sont présentées sont sélectionnées dans le monde entier par des commissaires spécialisés dans l'art des nouveaux médias. Anne-Cécile Worms nous en dit plus sur les dessous de son métier et sur l’intérêt croissant pour l’art numérique.

Que signifie Art2M ? Qu'est qui vous a poussé à créer votre première start-up ?

Avant de fonder cette start-up en 2009, je m'intéressais à l'art numérique depuis 13 ans. J'ai été éditrice du Magazine des Cultures Digitales (MCD), le premier magazine français sur l'art numérique. C'est ainsi que j'ai eu l'occasion de tisser des liens étroits avec les artistes et les fabricants. En créant Art2M, je tenais à offrir à des artistes jusqu'alors sous-représentés un nouveau forum. Nous espérions ainsi faciliter l'accès à l'art numérique pour ceux qui s'y intéressent.

Vous dirigez trois sites Internet différents : Art2M, makery.info et ArtJaws. Qu'est-ce qui les distinguent ?

Art2M est une agence spécialisée dans la fabrication et la commercialisation exclusives d'œuvres d'art numérique et de design d'avant-garde. Notre expertise s'appuie sur un réseau international d'artistes, de designers et d'ingénieurs avec lesquels nous mettons en place depuis 2009 des installations et des événements autour de l'art et des nouveaux médias. Actuellement, Art2M développe des œuvres innovantes et des objets connectés pour l'espace public et organise aussi des expositions pour les entreprises.

Art2M fabrique en collaboration avec les artistes des œuvres d'art uniques en leur genre telles que WaterLight Graffiti™ d'Antonin Fourneau, une œuvre réalisée à partir de milliers de LED qui s'illuminent au contact de l'eau. Ou encore, The Infinite Book™ d'Albertine Meunier, un livre vide en apparence dont le contenu n'est visible que lorsqu'on le feuillette.

Sur la plateforme en ligne makery.info d’autre part, nous restons à l'affût des projets innovants à travers le monde et réunissons des inventeurs et des développeurs d'objets digitaux via des « fablabs » par exemple. L'échange d'informations s'effectue à l'échelle mondiale. Nous avons ainsi en permanence un aperçu des innovations en cours dans le domaine des objets connectés. Et c'est également une source d'inspiration pour de nouvelles coopérations et coproductions.

ArtJaws is a new marketplace targeting the international online art market, offering buyers direct accedd to artworks and artists who are icons of pop culture and digital arts. ArtJaws is making accessible to a wider public, artworks that are rarely seen in traditional distribution channels, featuring limited editions and world exclusives from international artists.

Le terme Jaws est d'ailleurs emprunté à l'univers des surfers : il désigne un spot extraordinaire à Hawaï où les vagues culminent à 25 mètres. ArtJaws représente donc la nouvelle vague de l'art d'avant-garde.

Quels sont les critères de sélection pour ArtJaws ?

Nous avons nommé un comité de commissaires de renom venus du monde entier. Grâce à ma longue expérience dans l'univers de l'art numérique, j'ai pu constituer une équipe remarquable. Pour le moment, cinq commissaires travaillent pour ArtJaws, mais ils devraient être une vingtaine d'ici quelques mois.

Les collections constituées par ArtJaws présentent des artistes jusqu’alors absents du marché de l'art, des artistes qui évoluent dans une l'histoire de l'art parallèle à l’histoire de l’art officielle et qui développent des outils et des formes d'expression d'avant-garde. Et grâce à ces artistes, c'est toute une nouvelle grammaire de l'art qui voit le jour, inédite pour les collectionneurs et pourtant vieille comme le monde par essence.

Quelle est l'étendue du choix d'œuvres d'art sur ArtJaws ?

Comme pour une exposition, nos experts sélectionnent les œuvres en fonction de thématiques. Elles sont présentées selon une perspective historique et artistique. Pour susciter l'intérêt des collectionneurs, chaque œuvre est accompagnée d'une documentation complète : biographie, interviews des artistes, commentaires de collectionneurs qui éclairent l'œuvre selon différents points de vue et qui la replacent dans un contexte plus large. Nous avons déjà constitué six collections dans les domaines du tatouage, du graffiti et de l'art numérique. ArtJaws permet aux collectionneurs de découvrir un vaste choix d'œuvres art numérique. Il est temps désormais d'oublier l'idée selon laquelle l'art numérique ne désigne que ce qui se passe sur un écran. Cela va bien plus loin. L'art post-Internet, le Bio-Art, l'art robotique et les objets connectés en sont de bons exemples.

Pouvez-vous nous expliquer cela plus en détail ?

En la matière, l'influence d'Internet sur l'art est importante. Les objets peuvent désormais communiquer les uns avec les autres. DADAPrint3r, une œuvre d'Albertine Meunier produite par Art2M et actuellement présentée sur ArtJaws, illustre parfaitement ce principe. Internet joue un rôle essentiel dans les créations d'Albertine Meunier : grâce à une application mobile, son imprimante située à Paris peut composer un texte dont les mots sont prononcés à Marseille ou n'importe où sur la planète. La reconnaissance vocale de Google permet de numériser les mots enregistrés dans le micro. Les quelques erreurs de reconnaissances éventuelles sont à l'origine de résultats surprenants. C'est cette incursion d'une part d'imaginaire et d'inconscient dans le travail d'Albertine Meunier qui rappelle le dadaïsme.

Autre exemple : ce t-shirt où figure un tatouage en réalité augmentée qui se met en mouvement grâce un smartphone. Allez sur artjaws.com pour voir comment cela fonctionne !

DadaPrint3r, une création d'Albertine Meunier en collaboration avec Art2M

Comment expliquez-vous le succès d'ArtJaws ?

Le marché de l'art sur Internet est en plein essor : en 2015, son chiffre d'affaires était de trois milliards de dollars. Selon les prévisions, ce chiffre devrait atteindre les dix milliards de dollars d'ici 2020. Il n'existe que quelques sites Internet qui ciblent la même clientèle qu'ArtJaws. Sur notre plateforme, il n'y a que les créations les plus actuelles de l'art numérique contemporain. Grâce à ArtJaws, nous sommes à la pointe dans le domaine de l'art d'avant-garde et nous proposons quelque chose de tout à fait exceptionnel. C'est notre principal élément de différenciation : la plupart du temps, ce que l'on trouve sur ArtJaws n'est proposé sur aucun autre site Internet. Depuis sa création, nous avons réalisé un chiffre d'affaires de 100 000 euros.

Vous n'êtes pas une galerie au sens propre du terme. Comment décririez-vous votre relation avec les artistes ?

Nous ne négocions pas de contrats avec les galeries ou les agents ; nous sommes en contact direct avec les artistes. Les artistes représentés par une galerie ou un agent perçoivent 70 % des recettes, les artistes sans agent, 50 %. Nous travaillons par ailleurs avec des artistes pour développer de nouvelles œuvres en exclusivité pour les collectionneurs d'ArtJaws.

Qu'est-ce qui fait l'attrait d'ArtJaws pour un collectionneur ?

ArtJaws offre aux collectionneurs et aux investisseurs l'opportunité d'acquérir des œuvres d'artistes sur le point de se faire un nom. Nous sommes convaincus que les œuvres présentées par ArtJaws prendront de la valeur dans les cinq années qui suivent. Nous en voulons pour preuve nos commissaires qui possèdent une excellente connaissance du marché et un flair inégalé pour les « artistes prometteurs ». Les collectionneurs qui ont déjà acquis des œuvres sur ArtJaws nous ont confirmé qu'il était quasiment impossible de les trouver ailleurs. Et si un collectionneur souhaite acheter des peintures à l'huile projetées sur vidéoprojecteur, nos experts lui dénichent l'œuvre en question. C'est ce type de relation privilégiée et exclusive que nous offrons à nos clients. Nous permettons également aux collectionneurs de prendre contact directement avec les artistes et de visiter leur atelier. Notre objectif n'est pas de séparer l'univers numérique du marché hors ligne. Aujourd'hui, ces deux univers se mêlent.

Comment cela se passe-t-il pour les collectionneurs qui s'intéressent à l'art numérique mais qui n'ont encore que peu d'expérience en la matière ?

Nous présentons les œuvres en donnant des informations sur l'artiste. En tant que partenaire de l'AICA (Association Internationale des Critiques d'Art), ArtJaws offre aux collectionneurs un accès à des contenus pouvant les aider dans la constitution de leur collection. L'AICA met à la disposition d'ArtJaws des articles écrits par les critiques d'art les plus renommés au monde ; cela permet aux collectionneurs néophytes d'y voir plus clair. Il n'est pas essentiel que les œuvres soient numériques. Le plus important, c'est qu'elles soient reconnues comme œuvres d'art. Nous souhaitons que les collectionneurs comprennent que nous ne nous intéressons guère aux aspects techniques. Ce qui compte, c'est la force émotionnelle d'une œuvre et sa signification. C'est cela qui touche le collectionneur.

Accès rapide